lundi 1 décembre 2008

L’étoile imaginaire, ou le racisme à l’italienne



Hier j’ai eu la chance (ou la malchance, peut-être) d’assister au film italien « l’étoile imaginaire » de Gianni Amelio.

Le film traite la question du système industriel chinois et des manières avec lesquelles, ce pays émergeant, réussit à gagner ses défis face à la puissance occidentale.

Le sujet en lui-même est fort intéressant, mais la manière avec laquelle il a traité son sujet est très choquante et carrément odieuse…

Le réalisateur n’a pas hésité à se moquer du peuple chinois, de leurs habitudes, de leurs coutumes culinaires, de leur structure sociale, etc, …

C’est bien beau d’exposer les dérives et les dépassements des gouvernements, mais il existe une grande différence entre la dénonciation et la discrimination !!!! Critiquer un problème politique ne doit nullement donner le droit de traiter les hommes avec tant de mépris, d’insolence et de dédain.

Je ne sais pas comment ce film avait été accueilli en chine, mais en tout cas je ne pense pas qu’il put faire plaisir aux chinois, qui ont été présentés comme des bêtes abruptes, incapables de s’ouvrir sur les autres, qui n’ont aucune morale et qui ne mangent que du riz blanc sans gout et des singes rôtis.

Le sujet a été présenté avec une arrogance inimitable, comme seuls les italiens savent le faire. Comme toujours, le modèle de l’homme occidental avait été idéalisé … glorifié même !!! L’homme italien est évidemment apparu comme l’homme idéal, très fidèle à son travail, qui sache tout faire tout seul.

Un film carrément raciste, très choquant et très insultant vis-à-vis du peuple chinois. Je me demande même comment un tel film peut avoir une licence et passer au festival de Venise.

Très belle la manière avec laquelle ces occidentaux veulent contrecarrer la montée en puissance de l’industrie chinoise !!!!

Autre chose au final, et qui n’est pas de moindre importance : le public tunisien dans la salle Le Colisée ricanait tout le long du film sur les moqueries que le réalisateur infligeait au peuple chinois.

Ça ne m’a pas vraiment étonné, vu l’admiration que nous, tunisiens, avons pour les italiens, ces hommes parfaits, ces êtres suprêmes.

Mais faire ça, veut dire être complice dans le racisme, et ça …. C’est vraiment moche.

9 commentaires:

Sofiene Chourabi a dit…

فين عداوه

ولد بيرسا a dit…

في الكوليزي البارح

hendaoui a dit…

ben quoi ? Tu voulais les voir pleurer ? Faut bien qu'on se marre un peu de temps en temps quand même . On se fout bien de notre gueule nous aussi . Et alors, il est ou le problème . En plus le sang ritale ça ne manque par chez nous, t'as qu'à comparer les goût culinaires . Ils ne sont pas trop éloignés .

Pour en revenir aux chinois, j'ai rien contre mais en matière de cupidité sont pires que les juifs et les libanais réunis . T'as pas vu ce qu'il mette dans la poudre de lait et t'as pas vu les produits chimiques qu'ils emploient pour leur produits de merde . T'achètes un pantalon noir, tu te retrouves avec des démangeaisons fortement désagréables voir irritantes. t'achètes des chaussettes, tu te retrouves avec des pieds noirs et puis j'en passe . Je ne sais pas pourquoi nous le peuple d'arnaqueurs par excellence n'avons nous pas eu les mêmes idées plus tôt . On a beaucoup de cactus à ne pas savoir quoi en faire et plein d'autres conneries à exploiter pour faire du fric sur le dos du blanc . Par exemple pour la masturbation, j'utilisais de la sève de cactus, doit bien pouvoir servir à autres choses cette foutue merde si elle m'à permis un tel soulagement .

ancien combattant a dit…

Une critique qui abonde dans ton sens : http://www.critikat.com/L-Etoile-imaginaire.html

ولد بيرسا a dit…

@ hendaoui:
je ne parlais pas de la qualité des produits chinois. évidemment ils sont médiocres.
je parle de la manière raciste que le film a utilisé pour critiquer l'industrie chinoise.
les occidentaux utilisent de plus en plus ces manières minables pour rabaisser les chinois, surtout lorsqu'ils ont réalisé que ça sera dur de les affronter honnêtement.
se moquer des gens de la sorte ne peut jamais être justifié.
tu devrais le voir le film pour comprendre de quoi je parle.

@ ancien combattant:
tu vois? cette analyse a été faite par un occidental, qui a critiqué plus la structure du film que ses idées cachées.
donc si tu fais une combinaison entre les deux !!!! imagine un peu le résultat :-S
en plus les petits rires moqueurs qui provenaient des quatre coins de la salle, étaient encore plus énervants que le film.

trainspotting a dit…

bizzare j'avais vu le film aux JCC , et je n'au rien vu de raciste dedans. Bien au contraire, d'abord on montre les italiens au départ comme des gens malhonnêtes qui ont vendu une machine défectueuse aux chinois , et qui en plus trahissent leurs propres compatriotes en les mettant au chômage. Le seul honnête parmi eux s'avère en fin de compte le héros buonavolenta. Les cadres chinois non plus ne sont pas un exemple d'honnêteté c'est la dure loi des marchés et de la mondialisation qui est ici décriée pas la nationalité des uns et des autres
Je crois que le film montre plus les différences culturelles auxquels doivent s'adapter les étrangers que les défauts des chinois . Par exemple lorsque Buonavolenta est arrêté , les policiers chinois s'énervent et se méfient(ce qui est normal vu qu'il n'est pas logique que quelqu'un fasse tout ce chemin uniquement par excès d'honnêteté) mais en fin de compte finissent par l'aider.
Malgré la misère que l'on voit dans les familles et immeubles chinois, (ce qui est d'ailleurs la réalité) la gentillesse et l'hospitalité est là.
Ce qui fait rire le spectateur tunisien , ce n'est pas les défauts des chinois , ce sont ces incompréhensions entre personnes qui ne parlent pas la même langue, c'est les différences culturelles. Le fait que les travailleurs chinois ne parlent pas italien ou anglais n'en fait pas des être inférieurs , c'est leur langue et c'est leur bouffe , c'est la façon de vivre du travailleur pauvre. Il va quand même pas les montrer riches et cultivés pour nous dire voilà la belle réussite du modèle chinois , ils sont pauvres et non éduqués et ils vivent comme ils peuvent
Quant au héros , je trouve justement qu'il est un anti-héros , finalement il ne réussit pas sa mission, s'enlise dedans perd son argent et son temps, un don quichotte des temps modernes, comme l'imbécile qui ne se rend pas compte de ses échecs il mais gagne il aura gagné une belle expérience et un amour ce qui n'est finalement pas rien

ولد بيرسا a dit…

@ trainspotting:
ce que tu racontes n'est pas faux, et je comprends ton point de vue, mais le mien est différent: tu as vu combien il était méprisant et hautain par rapport au peuple?
je ne parle pas des policiers et des patrons, mais des ouvriers, des enfants, des femmes qui travaillent, etc ...
moi je n'ai pas digéré ses manières, désolé :-) je ne peux appeler ça que du racisme et rien d'autre.
mais je te comprends tout à fait

Red Lord 17 a dit…

geance17R$
c'est à ce moment là que tu dois faire comme moi et remercier ARTE et FRANCE 24 =]

trainspotting a dit…

ème c'est que justement je n'ai pas vu de mépris, enfin chacun peut comprendre un film comme il veut. Mais crois moi je suis la première à m'indigner envers tout mépris ou racisme or justement je n'en ai pas vu. Ils sont pauvres mais ça ne les empêche pas d'être débrouillards et sympas